top of page

Le gel du 6 au 9 avril 2021 ?


Quelques réponses à vos interrogations

Les médias en ont parlé, le premier ministre s'est déplacé, ce gel du printemps 2021 est une catastrophe. Pour bon nombre d'arboriculteurs et de viticulteurs du lyonnais, coteaux ou vallée, le constat fait craindre une année blanche, sans récolte ou trop peu. Les vignes de Régis Descotes, qui élabore chaque année l'excellent vin de nos Terrasses du Nymphée ont été très durement atteintes, spécialement pour les parcelles de blancs, un peu moins en rouges.

Qu'en est-il à Beauregard ?

Il est un peu tôt pour estimer précisément les dégâts. En effet, après un mois de mars trop chaud, le mois d'avril trop froid freine encore la reprise de la végétation. Les bourgeons rescapés s'ouvrent avec retard, en particulier en gamay. Certains pieds fragilisés ne vont peut-être pas reprendre avec une vigueur suffisante. Le chardonnay semble moins touché.

Il semble qu'en 2019 sur Beauregard, le gel avait été moins sévère car moins long.

Que faire ?

Pour les professionnels, une solidarité nationale est annoncée. Pour notre association, nos adhérents spécialistes vont surveiller attentivement le développement et l'éclosion des bourgeons primaires ou secondaires dans les jours qui viennent. Nous vous ferons part de leurs observations en temps utile. Tous, nous espérons que d'autres aléa climatiques ne viendront pas perturber nos vignes jusqu'aux vendanges qui seront d'ores et déjà faibles.

Qu'en faut-il boire le millésime 2020 récemment distribué ?

La vinification actuelle permet un vin de qualité dès sa mise en bouteille. Cependant, il est préférable de le laisser gagner en maturité pour enrichir sa complexité en particulier pour le rouge. Une bonne année de garde est possible, voir plus... jusqu'à retrouver une année plus productive.


Comments


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
bottom of page